Sarah Venturi – FMR – Fédération Mondiale de Ricochets, projets depuis 2018

La FMR (Fédération Mondiale de Ricochets) est née en 2009 au bord de l’étang des Fayards (Poitou Charente), à l’initiative de Sarah Venturi et Cyril Jarton. Elle développe le jeu des ricochets en tant que pratique artistique et expérience de pensée.

Jeu de force et d’adresse, comparable au lancer de disques, le ricochet est aussi un dessin éphémère qui s’inscrit et s’efface sur l’eau.  C’est aussi un enfant, une femme ou un homme, en jeu dans un paysage avec l’eau, l’expérience du rebond et de la perte…  Par l’intermédiaire de conférences, performances, ateliers, publications, expositions, happenings comme les tournois de ricochets, la FMR développe les aspects techniques du jeu de ricochets – projectiles, gestes, étude des sites… tout en défendant les plans d’eau menacés par la pollution, la sécheresse, l’irrigation intensive, le manque d’entretien. Faire valoir cette présence de l’eau, en tant qu’elle alimente, pour ceux qui s’en rapprochent, de meilleures conditions de vie mais aussi un rapport poétique rythmé par ses flux.

Depuis sa création, la FMR édite et diffuse via le net La Lettre de l’FMR, sur des sujets aux croisements de l’art et de l’eau.

Projets et actions FMR 2009-2017

 

DEVISES, projet de série de palets à ricochets, 2018-2020

Le projet Devises vise à fabriquer une série de palets en argile crue, sur lesquels sont gravés les symboles des monnaies en circulation, puis de les acheminer jusqu’à un plan d’eau et de les y jeter (l’argile crue ou cuite est un matériau strictement non polluant, ne conduisant à aucun dommage pour l’écosystème). En contact avec l’eau, les devises se déliteront et se dissoudront. Les palets de la série Devises s’apparentent donc à des pièces de monnaie. La construction de cette « sculpture de terre », suivie de sa destruction volontaire, voisine avec la pratique des mandalas de sable tibétains qui nous rappelle que tout est éphémère. Quant à la mise à l’eau des devises, elle est liée à d’autres formes de rituels comme celle du « potlach », dont nous ne pouvons pas connaître encore la teneur du don en retour.

Ce projet revendique le glissement de sens et des valeurs avec une possibilité de réflexion sur notre rapport à l’argent et de s’en distancier par l’art et le jeu sur un mode parodique. Il s’agit avant tout d’une mise en dérision du système monétaire mondial avec l’utopie de pouvoir s’en débarrasser en le jetant à l’eau.

Plus largement, ce projet propose une réflexion sur l’objet, sa nature, son statut et son identité, dans les contextes sociaux, politiques, économiques et écologiques contemporains.

Encre de Chine sur papier, 21x60cm, 2018

 

Encre de Chine sur papier, 50x65cm, 2018

 

Encre de Chine sur papier, 75x105cm, 2018

 

ELEMENTS, projet de série de palets à ricochets, 2018

Palets en terre crue